Et pourquoi pas s'accepter un peu ?

by - 11/26/2017 12:15:00 PM


Hello, 

Encore un article qui parle de s'accepter ? Sur un blog féminin ? Mais quelle originalité dit donc, c'est vrai que ce thème n'est jamais abordé. Non c'est vrai, il n'y a qu'un article sur l'acceptation de soi qui sort tous les trois jours..autant en rajouter encore un peu ! 

C'est vrai, c'est un thème largement abordé, et pourtant. C'est clairement un combat pour encore beaucoup d'entre nous. Un combat qui devrait nous engager seulement personnellement, mais qui suscite réactions et avis des personnes environnantes. Pourquoi ? C'est vrai, pourquoi, pourquoi le chemin vers une acceptation de soi qui est sûrement l'une des choses les plus personnelles qui soit, doit se voir jugée, questionnée, voire critiquée par d'autres personnes ? Car paradoxalement, nous vivons dans un monde où s'il ne faut jamais montrer que l'on va mal, on ne doit pas non plus se montrer trop heureux, et surtout pas heureux d'être qui on est, sous peine de jugement final. Les mots "égocentriques", "narcissiques", "égoïstes" pouvant alors s'inviter dans le discours, des autres. Ces mêmes autres qui sont souvent la cause de nos premiers complexes et doutes. Quel beau cercle vicieux.

Je ne pense pas pouvoir dire que du haut de mes 21 ans, je m'accepte totalement. Oui j'ai des complexes, autant physiques que psychologiques, a peu près comme tout le monde. Et puisque je ne souhaite pas ici réparer ces complexes en cherchant la flatterie, je ne trouve aucune utilité à les lister ici. Mais en fait, je ne cherche pas à réparer ces complexes, simplement à vivre avec. Cette année 2017 a été cruciale pour moi : j'ai appris à me connaître, beaucoup plus clairement qu'auparavant. Ces "révélations" m'ont donné peu à peu des indices sur qui je suis, et surtout des indices sur mon fonctionnement : pourquoi je fais ça, pourquoi je réfléchis comme ci. Et c'est là que tout débute : 

Au début, clairement ce n'est pas facile de se rendre compte de "défauts" chez nous, physiques ou psychologiques. Puis on a tendance à ne voir que ça, et vouloir se cacher, en se disant que de toute façon ça ne peut pas changer. Alors on dramatise, on peut même en faire des caisses, et là bienvenue dans l'effet le plus pervers qui soit : c'est à ce moment précis que ces dits "défauts" se voient le plus aux yeux des autres. Parce que oui, la plupart du temps jusque là ces malêtres n'étaient pas si visibles. Et là c'est clairement le moment de se bouger le popotin, pour rester polie. 

Parce qu'on parle bien ici de s'accepter, pas de changer du tout au tout la personne que l'on est. Aujourd'hui, j'accepte (progressivement, faut pas abuser non plus) avoir des faiblesses, des choses que je voudrais pouvoir changer, des mauvaises habitudes, des trucs sur mon corps qui m'énervent.. Parce qu'au final, il n'y a que moi que j'emmerde réellement à ne pas les accepter, lorsque je reste focalisée là dessus. Finalement, il n'y a que moi qui peut décider de me laisser un peu tranquille, et m'acceptant. Pourtant, j'ai ce foutu caractère perfectionniste, et foutument (oui, ce mot existe..) exigeante avec moi-même. Mais mon dieu, que c'est épuisant ! 

Pour conclure ce billet qui me tient à cœur, je dirai juste que ce qu'il faut retenir c'est de se foutre la paix et que c'est la clé de beaucoup de choses. Bien se connaître, et apprendre à accepter nos réactions et humeurs, c'est bien plus libérateur que rechercher la perfection, qui est par définition de toutes façons, inatteignable. Et oui, ça peut parfois déranger des personnes lorsqu'on arrive à dire à voix haute "oui je m'accepte, je suis heureuse avec qui je suis, et alors?". On pourrait se dire qu'au fond, c'est parce que ces gens sont confrontés à ce qu'ils n'arrivent pas à faire eux-même, et qu'il ne faut pas mal le prendre mais.. Même si c'est vrai, je pense que si l'on a des personnes comme ça autour de nous, il faut les écarter. Des personnes qui vous aiment sincèrement, et qui vous rendront heureux, n'auront jamais ce type de paroles. Et oui, parce que s'accepter passe également par reconnaître ce qui est bénéfique ou non pour nous .Alors apprenons à prendre le temps de se connaître soi, pour accepter qui l'on est plutôt que rechercher la perfection, cette sorte d'idéal lisse et triste.

Aimons nous, bordel

You May Also Like

0 commentaires